recherche et action en sciences sociales

Comment se construisent les parcours d’insertion dans l’interaction : stratégies singulières, dispositifs d’engagement et incitations structurelles.

L’objectif de la recherche de Laura Spica est de conduire une enquête de terrain de type qualitatif auprès de bénéficiaires de mesures d’insertion et des agents qui les accompagnent au sein des structures IAE. Il s’agit d’une part, d’étudier de façon diachronique les pratiques concrètement menées sous le vocable d’insertion pour en dégager un sens construit progressivement, au fur et à mesure de la mise en place des dispositifs publics ou privés visant à « produire » de l’insertion. La situation actuelle doit être comprise à travers une lecture historique des transformations des formes d’inscription de l’individu dans sa « société » et des choix opérés en matière de gestion collective du problème que constitue le « chômage de structure ». Il s’agit d’autre part, de fonder un outillage conceptuel de l’insertion capable de rendre compte du travail sur soi que doit effectuer la personne en « parcours d’insertion », des productions de ces entreprises de soi et ce qu’elles peuvent signifier à différentes échelles. En effet, l’entrée « insertion » ne figure pas dans les dictionnaires de sociologie et d’anthropologie. A ce manque de matière théorique s’ajoute peu de travaux empiriques questionnant la « production d’insertion » par les agents privés ou publics du secteur professionnel de l’insertion par l’activité économique. Enfin, il s’agit de confirmer ou d’infirmer certaines hypothèses faites par les spécialistes de l’insertion, ou formées en phase préliminaire de ce travail. De nombreux professionnels font remarquer par exemple que les demandeurs d’emploi de longue durée perçoivent d’autant plus mal les injonctions de normalisation du travail d’insertion à mesure que la situation de désemploi se normalise dans la société. De même, la création ou la recherche d’activité dans le champ de l’économie sociale et solidaire se présente souvent pour les personnes en insertion comme une forme de « résistance » à ce travail sur soi, qui permettrait de retrouver un support économique sans avoir à céder sur certaines normes. L’originalité réside principalement dans le caractère empirique et qualitatif du matériau de recherche collecté et des méthodes pour le faire. Si des études théoriques paraissent de ci de là, aucune monographie de recherche ni travail d’enquête n’a été produit sur ce terrain à ce jour. De nombreux auteurs appellent ces études de leurs vœux.
Résurgences est soutenu sur le projet "Comment se construisent les parcours d’insertion dans l’interaction : stratégies singulières, dispositifs d’engagement et incitations structurelles." par :
Résurgences développe depuis plus de 10 ans une démarche de recherche-action tant dans le sens d’une recherche au service de l’action, que d’une recherche intégrée à l’action. En développant aussi un modèle économique hybride, et un modèle organisationnel dynamique et adaptatif, basé sur l’entrepreunariat social, résurgences démontre qu’un modèle de recherche et d’action dans le secteur privé non-commercial est possible. Résurgences est un “think-and-do-tank” de l’innovation sociale et des politiques publiques, qui met à profit les données ouvertes et les technologies numériques, 
dans une dynamique (...)
Partenaire de plusieurs projets internationaux de recherche scientifique, en partenariat avec plusieurs universités et groupes de recherche, résurgences accueille des chercheurs permanents, des doctorants et des chercheurs associés dont les travaux portent principalement sur les interactions sociales, leur formalisation et leur représentation (interactions langagières, dynamiques cognitives, réseaux sociaux).
Acteur de l’innovation, Résurgences a créé son propre système expert afin de fournir un environnement de travail souple et adapté à des enjeux spécifiques de développement dans le champ du Big Data et de l’Open Data. Le système permet de développer des outils de simulation à grande échelle, et des mesures analytiques pour évaluer l’impact de politiques publiques. En traitant des masses de données importantes, qu’elles soient sémantiques, économiques, géographiques, sociales, le système permet de se concentrer sur les dynamiques sociales plutôt que sur des portraits statistiques. Les outils développés (...)
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique